Forum sur l'univers du manga.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE

Aller en bas 
AuteurMessage
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 24

MessageSujet: [INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE   Sam 29 Sep - 19:14

La parole au peuple


♦️La sorcière toujours à Paris.♦️

Risa FT. les gens.
Croquant dans une pomme bien sucrée, très douce et savoureuse, tu dégustais ton fruit en silence dans un endroit très particulier. Actuellement dans le bureau du chef de poste de police, adossée contre le mur, tu étais la seule femme dans la pièce. Entourée d’agents de forces de l’ordre, le rassemblement ne voulait dire qu’une seule chose : manifestation. Tu comprenais parfaitement les raisons pour ce grand vacarme. Tu espérais d’ailleurs que cette France change au niveau de la pauvreté, la maladie, etc… Ayant déjà interprété un rôle de sans-abri, tu comprenais déjà les difficultés de vivre dans la rue.

Le chef de ce service, assez gros, porteur d’une moustache morse bien soignée de couleur brune, devait être en panique au vu de la transpiration visible sur son front et sous ses aisselles. Un dégoût apparu sur ton visage, si bien que tu détournes immédiatement ton attention en regardant l’extérieur par la fenêtre. Plusieurs agents décrivaient les débuts de manifestation dans plusieurs rues de cet arrondissement de Paris. Leurs voix tremblaient et d’autres témoignaient un immense stress. A chaque parole, chaque témoignage, le chef essuyait son visage avec un mouchoir en tissu ou bien buvait parfois une gorgée d’eau. Ce minable devait agir vite et de façon intelligente, pensais-tu. Plus le temps s’écoule et plus les citoyens de cette ville peuvent se blesser entre eux ou créer des dégradations de biens appartenant à autrui. Dans ton pays, en Angleterre, plus précisément à Londres, la police aurait agi bien plus rapidement. Il faudrait une Reine en France pour pouvoir réorganiser au mieux ce pays. Tu penses donc à autre chose en cherchant dans l’étui de ta ceinture une cigarette. L’allumant avec une allumette, tu tires une douce et agréable bouffée. Ton esprit s’apaise et se réorganise grâce à la petite quantité de nicotine que tu viens de récupérer. Un homme, juste près de toi, se met à tousser et te lance un regard noir. D’une réponse, tu lèves un sourcil tout en recrachant une bouffée de fumée de ta drogue sur le visage de l’homme. Irrité par ton comportement, il s’apprête à te répondre par des paroles, seulement, pour lui clouer le bec, tu lui montres le rosaire sur ton uniforme d’exorciste que tu portes en ce moment même. Avec un doux sourire, tu lui fais en prime un petit clin d’œil charmant dont tu gardes encore le secret.

« Bon…et bien…, commence le chef du poste de police, tout en tirant sur le col de sa chemise, encore mal à l’aise. Pour ceux qui ne le savent pas encore, miss Drake travaille pour l’Ordre Noir et va nous aider à gérer cette manifestation…. L’homme se racle la gorge et essuie encore son visage avec son mouchoir. Elle sera donc mon second, donc je vous demande d’exécuter ses ordres, sans poser de question…et… »

« Mais c’est une femme, chef ! Coupe immédiatement l’homme dont tu venais d’embêter avec ta fumée de cigarette. »

Fronçant doucement les sourcils, tu t’avances en direction du bureau du supérieur. Il est vrai que les femmes ne sont pas les bienvenues dans la police à cette époque. Tu ne peux le nier, il te faut donc prouver ta valeur aux yeux de ces hommes. Tu penses placer de côté ton arrogance maladive pour pouvoir prendre les rennes immédiatement. Mais ce serait une action stupide de ta part. Te retournant pour être face aux agents de police, tu dégaines ton arme anti-akuma pour placer la pointe de l’épée sur le sol. Prenant une bonne inspiration afin de soulager ton magnifique cerveau, tu prends un doux sourire.

« Vous avez raison, débutes-tu avec une voix très calme. Je suis une femme. Je pense que mes formes féminines le prouve, n’est-ce pas ? Tu prends un sourire moqueur, pour reprendre par la suite ton sérieux. Permettez-moi de mes présenter messieurs. Je suis Risa Holmes Drake, Exorciste de l’Ordre Noir mais également chevalière de la Reine d’Angleterre Victoria, mais également son chien de garde pour des affaires que la police n’arrive pas à gérer. Je ne vous demande aucunement d’obéir à mes ordres comme des animaux. Ce que je souhaite, tout comme vous, c’est gérer cette manifestation sans le moindre blessé, sans le moindre mort. Travaillons en équipe et je vous promets que je ne vous gênerais point. Si je vois que vous vous débrouillez très bien sans mon aide, qu’il en soit ainsi. Mais si je vois le contraire, je vous tendrais la main. Tu te tournes doucement en direction du chef de poste. Avez-vous des choses à ajouter à mon sujet, monsieur ? »

Il a fallu plusieurs longues minutes pour pouvoir organiser un plan au sujet de cette manifestation. Le chef souhaitait l’arrêter. Grossière erreur. Tu suggérais plutôt de laisser les citoyens manifester en les escortant. Ainsi, il serait plus facile de remonter les bretelles pour chaque personne commettant des méfais déplorables. Les escorter reviendrait à garantir leur sécurité. Au vu de ton idée, plus de la moitié du personnel approuvait. Le chef devait donc s’incliner mais également de faire passer le mot aux autres postes des forces de l’ordre alentour.

Quelques heures plus tard, bien tardivement d’ailleurs, tu escortais les manifestants sur ta jument du nom d’Orphée. Afin de cacher ton uniforme, tu portais un manteau, camouflant aussi tes cheveux par une capuche. Tu avais demandé qu’aucun agent de police ne soit près de toi. Tout simplement pour être tranquille et réfléchir calmement, mais aussi pour tromper la foule de manifestant. Tu les suivais en tant que simple civile et non en représentant de la Loi ou de l’Ordre Noir.
(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: [INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE   Dim 21 Oct - 20:03

La parole au peuple


♦️La sorcière toujours à Paris.♦️

Risa FT. les gens.
Croquant dans une pomme bien sucrée, très douce et savoureuse, tu dégustais ton fruit en silence dans un endroit très particulier. Actuellement dans le bureau du chef de poste de police, adossée contre le mur, tu étais la seule femme dans la pièce. Entourée d’agents de forces de l’ordre, le rassemblement ne voulait dire qu’une seule chose : manifestation. Tu comprenais parfaitement les raisons pour ce grand vacarme. Tu espérais d’ailleurs que cette France change au niveau de la pauvreté, la maladie, etc… Ayant déjà interprété un rôle de sans-abri, tu comprenais déjà les difficultés de vivre dans la rue.

Le chef de ce service, assez gros, porteur d’une moustache morse bien soignée de couleur brune, devait être en panique au vu de la transpiration visible sur son front et sous ses aisselles. Un dégoût apparu sur ton visage, si bien que tu détournes immédiatement ton attention en regardant l’extérieur par la fenêtre. Plusieurs agents décrivaient les débuts de manifestation dans plusieurs rues de cet arrondissement de Paris. Leurs voix tremblaient et d’autres témoignaient un immense stress. A chaque parole, chaque témoignage, le chef essuyait son visage avec un mouchoir en tissu ou bien buvait parfois une gorgée d’eau. Ce minable devait agir vite et de façon intelligente, pensais-tu. Plus le temps s’écoule et plus les citoyens de cette ville peuvent se blesser entre eux ou créer des dégradations de biens appartenant à autrui. Dans ton pays, en Angleterre, plus précisément à Londres, la police aurait agi bien plus rapidement. Il faudrait une Reine en France pour pouvoir réorganiser au mieux ce pays. Tu penses donc à autre chose en cherchant dans l’étui de ta ceinture une cigarette. L’allumant avec une allumette, tu tires une douce et agréable bouffée. Ton esprit s’apaise et se réorganise grâce à la petite quantité de nicotine que tu viens de récupérer. Un homme, juste près de toi, se met à tousser et te lance un regard noir. D’une réponse, tu lèves un sourcil tout en recrachant une bouffée de fumée de ta drogue sur le visage de l’homme. Irrité par ton comportement, il s’apprête à te répondre par des paroles, seulement, pour lui clouer le bec, tu lui montres le rosaire sur ton uniforme d’exorciste que tu portes en ce moment même. Avec un doux sourire, tu lui fais en prime un petit clin d’œil charmant dont tu gardes encore le secret.

« Bon…et bien…, commence le chef du poste de police, tout en tirant sur le col de sa chemise, encore mal à l’aise. Pour ceux qui ne le savent pas encore, miss Drake travaille pour l’Ordre Noir et va nous aider à gérer cette manifestation…. L’homme se racle la gorge et essuie encore son visage avec son mouchoir. Elle sera donc mon second, donc je vous demande d’exécuter ses ordres, sans poser de question…et… »

« Mais c’est une femme, chef ! Coupe immédiatement l’homme dont tu venais d’embêter avec ta fumée de cigarette. »

Fronçant doucement les sourcils, tu t’avances en direction du bureau du supérieur. Il est vrai que les femmes ne sont pas les bienvenues dans la police à cette époque. Tu ne peux le nier, il te faut donc prouver ta valeur aux yeux de ces hommes. Tu penses placer de côté ton arrogance maladive pour pouvoir prendre les rennes immédiatement. Mais ce serait une action stupide de ta part. Te retournant pour être face aux agents de police, tu dégaines ton arme anti-akuma pour placer la pointe de l’épée sur le sol. Prenant une bonne inspiration afin de soulager ton magnifique cerveau, tu prends un doux sourire.

« Vous avez raison, débutes-tu avec une voix très calme. Je suis une femme. Je pense que mes formes féminines le prouve, n’est-ce pas ? Tu prends un sourire moqueur, pour reprendre par la suite ton sérieux. Permettez-moi de mes présenter messieurs. Je suis Risa Holmes Drake, Exorciste de l’Ordre Noir mais également chevalière de la Reine d’Angleterre Victoria, mais également son chien de garde pour des affaires que la police n’arrive pas à gérer. Je ne vous demande aucunement d’obéir à mes ordres comme des animaux. Ce que je souhaite, tout comme vous, c’est gérer cette manifestation sans le moindre blessé, sans le moindre mort. Travaillons en équipe et je vous promets que je ne vous gênerais point. Si je vois que vous vous débrouillez très bien sans mon aide, qu’il en soit ainsi. Mais si je vois le contraire, je vous tendrais la main. Tu te tournes doucement en direction du chef de poste. Avez-vous des choses à ajouter à mon sujet, monsieur ? »

Il a fallu plusieurs longues minutes pour pouvoir organiser un plan au sujet de cette manifestation. Le chef souhaitait l’arrêter. Grossière erreur. Tu suggérais plutôt de laisser les citoyens manifester en les escortant. Ainsi, il serait plus facile de remonter les bretelles pour chaque personne commettant des méfais déplorables. Les escorter reviendrait à garantir leur sécurité. Au vu de ton idée, plus de la moitié du personnel approuvait. Le chef devait donc s’incliner mais également de faire passer le mot aux autres postes des forces de l’ordre alentour.

Quelques heures plus tard, bien tardivement d’ailleurs, tu escortais les manifestants sur ta jument du nom d’Orphée. Afin de cacher ton uniforme, tu portais un manteau, camouflant aussi tes cheveux par une capuche. Tu avais demandé qu’aucun agent de police ne soit près de toi. Tout simplement pour être tranquille et réfléchir calmement, mais aussi pour tromper la foule de manifestant. Tu les suivais en tant que simple civile et non en représentant de la Loi ou de l’Ordre Noir.
(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: [INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE   Dim 21 Oct - 20:03

La parole au peuple


♦️La sorcière et la Police.♦️

Risa FT. les gens.
Voilà bien une petite heure que tu escortes le cortège de manifestants en restant en retrait. Tu remarques que les manifestants augmentent considérablement, si bien que si une personne s’engage dans la foule il ne peut plus faire machine arrière. Une goutte de sueur froide perle le long de ta tempe. Tu n’aimes pas vraiment ta situation actuelle. Tu avais déjà escorté des manifestants dans le passé mais pas sur une aussi grosse ampleur. Ton rythme cardiaque accélère doucement et ta main gauche tremble. Bon Dieu, tu dois te ressaisir et ne pas te laisser impressionner par tous ces citoyens. Une chose plus facile à dire qu’à exécuter. Avalant ta salive, fermant les paupières, tu débutes une légère relaxation pour apaiser ton rythme cardiaque. Tu retiens ta respiration pour la relâcher plusieurs secondes après. Comme-ci tu nages en apnée. Ainsi, les battements de ton cœur se calment. Après avoir réussi cette première étape, tu t’occupes de ta main tremblante. Fouillant dans l’une de tes poches de ton manteau, tu en sors un chapelet. Tu l’enroules autour de ta main gauche pour régler le deuxième souci. Dans le passé, ta mère adoptive te disait que ce chapelet lui servait à la rassurer dans des situations de stress. Depuis, tu t’en sers toujours pour assoupir tes craintes.
Maintenant, tu es opérationnelle pour poursuivre ta mission en compagnie de la police française. Parcourant plusieurs petites rues, tu surveilles de loin les agents de l’ordre. Tu es prête à les aider si l’occasion se présente, mais aussi présente pour corriger leurs moindres erreurs qui peuvent attiser la colère des manifestants.
Un jeune homme qui doit avoir une vingtaine d’années s’approche de toi avec son canasson.

« Plusieurs rues plus loin, des manifestants semblent vouloir détériorer des boutiques, commence le jeune homme absolument angoissé. »

Fronçant les sourcils, tu frottes des doigts ton chapelet. Tu sais très bien qu’une manifestation ne se fait généralement pas dans le calme. Des détériorations sont à prévoir, ainsi que des blessés. Le boulot commence enfin à être intéressant mais aussi dangereux.

« Ce ne sont pas des manifestants, reprends-tu d’une voix très calme. Ces individus profitent juste de ce raffut pour voler. C’est très intelligent de leur part. Nous sommes débordés pour escorter ces citoyens et notre vigilance est alors réduite. Prenez quelques hommes avec vous, nous partons à la chasse. Tu lui adresses un sourire que tu avais l’habitude d’afficher quand tu pourchassais des malfrats à Londres. Je ne veux aucun coup de feu, aucun blessé. On arrête les petits voyous et on reprend ensuite l’escorte. »

D’un geste vif et rapide, l’agent s’exécute. Plusieurs secondes plus tard, tu te diriges à l’endroit où les profiteurs tentent de voler dans des boutiques. Restant en arrière, comme à ton habitude, tu ordonnes d’un simple signe de tête de commencer l’interpellation des individus. Tu aperçois une vitrine d’une boutique brisée. Tu penses que rien n’a été volé, que tu es arrivée à temps. Tu l’espères. Mais c’est en voyant un garçon d’une dizaine d’années sortir à très grande vitesse du magasin que tes espoirs tombent à l’eau.

« Reviens ici, ordonnes-tu au môme qui ne compte pas s’arrêter. Je veux deux agents qui surveille la boutique pour éviter un autre vol. Les autres vous emmenez les individus à un poste de police. Je me charge du garçon. »

Invitant ta jument Orphée à poursuivre le petit voleur, tu le perds quelques instants plus tard dans la foule de manifestants. Malgré ta concentration, ta mémoire visuelle des visages, tu ne trouves pas le gosse. Tu ne peux que jurer intérieurement de ne pas être assez rapide. Il mérite une bonne petite fessée pour ce qu’il vient d’accomplir.

Ton attention s’oriente à présent sur trois personnes dont une qui ne t’es pas inconnue. Cette vieille dame qui était malade tout comme toi cet hiver. Enfin, tu étais sous couverture pour retrouver ton ex-fiancé… . Tu décides d’aller à leur rencontre. Plus tu t’approches et plus tu remarques le style vestimentaire de l’homme. Un bourgeois ?! Les manifestants assez rancuniers peuvent s’en prendre à lui s’il reste avec eux. Sa fille est également en danger, le mot est assez important mais dans une manifestation tout peut arriver.

« Veuillez bien vouloir accepter mes excuses, débutes-tu en enlevant ta capuche pour laisser ta tignasse blonde tomber le long de ton dos. Souhaitez-vous mon aide pour vous escorter hors de ce petit raffut ? »

(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE   

Revenir en haut Aller en bas
 
[INTRIGUE V] LA PAROLE AU PEUPLE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 2 minutes du peuple de François Perusse
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Iruka :: RPG :: D.Gray-man Heart :: Risa Holmes Drake :: Coin RP-
Sauter vers: