Forum sur l'univers du manga.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 05 A - Le bordel de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 23

MessageSujet: 05 A - Le bordel de Noël   Mer 10 Fév - 18:48


Le bordel de Noël [Event]


♦Vive le vent, vive le vif argent ~♦


Pietro FT. les gens




▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲

Ton nom est Barry Allen, tu es l’homme le plus rapide au monde…merde ce n'est pas le bon univers. Quelques personnes savent qui tu es. Tu es un soi-disant héros qui est mort criblé de balles en sauvant le robin des bois des Avengers. Toi qui détestais ce type, finalement tu n’as pas hésité à lui venir en aide sans penser que tu ne pouvais pas déplacer toutes les balles de la gatling du Quinjet. Mais bon, tu es revenu à la vie et tu risques bientôt de rejoindre à nouveau le paradis quand ta tendre sœur va apprendre que tu préfères draguer toutes les jolies demoiselles du quartier au lieu de lui dire que tu es vivant.

Aujourd’hui, tu participes à cet évènement de Noël. Histoire de redonner le sourire aux civils et d’adresser un bon doigt d’honneur à l’épuration. Évidemment, pour ce genre de chose tu acceptes tout de suite. Tu es contre cette loi qui prive la liberté à autrui. Tu te bats essentiellement pour la liberté de chacun, pour leur sécurité. L’épuration n’en fait pas parti.

Assis bien sagement sur le toit d’un immeuble, tu surveillais bien sagement les évènements en jouant à Angry Bird sur ton téléphone portable tout en écoutant du Pink Floyd. Il faut dire que tu t’ennuyais énormément depuis deux minutes et trente secondes. Comme à ton habitude, tu arrives en avance et tu t’emmerdes ensuite. Gagnant quelques parties dans ton jeu, tu lèves soudainement la tête en entendant le bruit d’un feu d’artifice. Ça démarrait enfin. Te levant, tu ranges ton portable dans ta poche puis tu sors une sucette au chocolat en forme de père Noël. Croquant dedans, tu attrapes des jumelles dans ta sacoche pour regarder aux alentours des rues et des toits. Une personne en particulier attire ton attention. Une jeune femme qui venait d’allumer un spot de feux d’artifice. Même si sa capuche dissimulait une partie de son visage, tu reconnaissais tout de suite ta sœur jumelle. Tu n’étais pas au courant qu’elle participait à cette mission. Il va donc falloir que tu l’évites.

Baissant tes jumelles, tu croques à nouveau dans ta sucette au chocolat. Elle était presque finie et ton estomac en réclamait encore. Ton système immunitaire amélioré doublait ton appétit, c’était un petit défaut pour compenser l’avantage de tes nouveaux talents. Espionnant aux environs avec tes jumelles, tu jettes une nouvelle fois un rapide coup d’œil sur la position de ta sœur. Ton instinct protecteur reprenait parfois le dessus. Même si Wanda devait être plus forte, tu ne pourras jamais t’empêcher de t’inquiéter pour elle.

Progressivement, les gens sortent des habitations pour fêter leur joie de Noël. Bataille de boule de neige, cadeaux, rire et joie sont au rendez-vous. Pour le moment, aucun signe de l’épuration. Rangeant les jumelles dans ton sac se trouvant à tes pieds, tu changes rapidement de toit en quelques secondes. Tes reflets bleus provoqués par ta vitesse se voyaient presque pas à cause de la neige. Tu recevais donc un petit avantage pour rester légèrement discret.

Enfilant et allumant ton oreillette à ton oreille droite, tu entends déjà des coups de feu retentirent dans la 5ème avenue. Ce sont les agents de ce fameux S.H.I.E.L.D. qui ouvrent le feu. Heureusement ça ne tue pas les sentinelles. Votre rôle n’est pas de tuer ces personnes, mais juste de les rendre hors d’état de nuire. Cependant, un homme qui fonce dans un groupe de l’épuration semble ne pas comprendre le principe de se défendre sans tuer. Craquant tes doigts, tu formes plusieurs boules de neige en moins d’une fraction de seconde en prenant toute la neige sur le toit de l’immeuble. Soupirant légèrement, tu saisis la première boule de neige de ton énorme stock. Tu apercevais des sentinelles qui s’apprêtaient à tirer sur Michaël. D’un geste rapide, tu lances une boule de neige puis deux puits trois sur les sentinelles pour éviter qu’ils tirent sur l’espèce de faux héros. Pas besoin de balles pour mettre à terre des sentinelles. Il suffit juste d’une boules de neige envoyer très rapidement dans le visage dune personne.

Préparant à lancer de nouveau tes petits missiles de neige, tu bugges un instant en regardant un arbre saisir les armes des sentinelles. Tu te pinces alors pour savoir si tu ne rêves pas, mais effectivement, l’arbre est bel et bien entrain de bouger. Ce n’est rien, il peut très bien y avoir des Ents vu que Barton essaie de se prendre pour Legolas.

Toujours armé jusqu’aux dents, tu attaques à nouveau des sentinelles qui s’en prennent à des civils. Tu te transformes presque en gatling au vu de la vitesse de tes lancées, t’amusant même à tirer sur Natalia ou à des gamins mais beaucoup moins fort comparés aux sentinelles.

N’ayant plus de minutions, tu disparais aussitôt sur un autre toit. Malheureusement, une personne a déjà élu domicile. Tu le reconnais d’ailleurs, c’est la pile électrique. T’arrêtant à sa droite, tu enfiles tes mains dans tes poches.

« Merry Christmas l’ampoule ! »

(c)Lili - ne pas reproduire


Dernière édition par Keisa Kyoko le Mar 19 Avr - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: 05 A - Le bordel de Noël   Jeu 17 Mar - 17:01


Le bordel de Noël [Event]


♦Vengeance.♦


Pietro FT. les gens



▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲

Ton ami ne tarde pas à te répondre, il semblait un peu content de te revoir. Il te surnomme même le blond, pourtant tes cheveux sont blancs et plus blonds. Il devrait enfiler des lunettes de vue. Sans que tu ne puisses lui répondre, il te sourit pour ensuite sauter du toit du bâtiment. Ce mutant n’a pas peur de se briser les jambes à ce que tu constates. T’asseyant sur le rebord du toit, tu nettoyais grâce à un petit chiffon les verres de tes lunettes de protection. La neige humidifiait grandement tes lunettes, si bien que ta visibilité se réduisait petit à petit à force de courir extrêmement vite. Cette petite bataille dans la neige contre l’Épuration t’amusait grandement. Peut-être que les sourires des gens vont revenir après cet évènement. Mais d’un seul coup, l’amusement se transforme immédiatement en terreur. Tu en fais même tomber ton chiffon qui vole lentement dans l’air froid de l’hiver pour se poser délicatement dans la neige. Les sentinelles passaient aux choses sérieuses. Ils tiraient sur tous leurs opposants avec des sortes de fléchettes et parfois de vraies balles. Assistant à un mutant qui venait de recevoir une fléchette, il hurle en se plaignant qu’il n’arrive plus à utiliser sa mutation. Ces ordures ont donc des moyens pour supprimer le gène x. Tu ne sais pas combien il y a de mutants aux alentours, mais ils risquent de perdre rapidement leurs pouvoirs s’ils continuent de riposter ainsi. De toute manière c’est leur choix, ce soir vous vous battez tous pour un même et seul but. L’homme que tu venais d’aider il y a quelques minutes, coures à toute vitesse vers un gamin. Le plaquant au sol, l’individu reçoit une fléchette à la place du môme. Puis après quelques secondes, il reçoit une balle dans le dos par une sentinelle. Lâche ! Tuer une personne ainsi est répugnant, lâche et cruel. Spectateur de la mort de cet homme, ton esprit se rappelle soudainement de ton sauvetage désespéré pour Barton. Ce moment où tu sentais chaque balle perforer ton corps en priant qu’aucune ne touche le gamin et Clint. L’instant où tu revoyais ta vie défilée devant tes yeux tout en te demandant ce que tu aurais voulu faire de plus pour apporter un meilleur sourire à Wanda. Ses souvenirs douloureux te pinçaient douloureusement le cœur. Tu observais sans rien faire les sentinelles abattre sans pitié les résistants malgré les efforts de la Résistance. Une larme coulait depuis ton œil droit pour caresser ta joue et ensuite tomber sur le sol enneigé du bâtiment. Essuyant ton œil avec ton index, tu enfiles tes lunettes de protection. L’amusement a assez duré.

Ayant subi plusieurs entraînements pour améliorer ta vitesse, tu as appris certaines choses, dont courir sur les immeubles sans tomber, vibrer tes cordes vocales pour obtenir une voie différente, mais surtout la possibilité de franchir le mur du son pour donner un coup de poing supersonique. Tu n’as jamais essayé, tu as juste su que tu pouvais à présent le faire. Il te suffit juste d’être à une distance de 8.53 km entre toi et ta cible puis de courir à une allure de 1300 km/h. Soit une vitesse atteignant Mach 1.1. Même un homme de métal qui serait insensible aux coups physiques serait à ta merci sur cette attaque. Craquant ta nuque, tu suggères d’abord de t’échauffer un peu. D’un mouvement rapide, tu débutes ta course pour augmenter ta vitesse petit à petit. Ainsi, tu penses déjà à courir autour des limites de la 5ème avenue afin de ralentir l’Épuration. Assommant, toutes sentinelles franchissant le premier pas dans la zone. Tu te contentais d’être une sorte de bouclier invisible qui repoussait toutes cibles voulant franchir la 5ème avenue. Le seul défaut sur ta vitesse, c’est le temps enneigé. Tu commençais à te transformer en Quicksilver des neiges. Ton uniforme grisâtre et bleuté prenait une couleur blanche. Essuyant à nouveau tes lunettes dans ta course, ta vitesse atteignait à présent 930 km/h. Tes coups de poing augmentaient en puissance, tu pourrais tuer tes adversaires avec un simple coup si tu le souhaitais. Mais tu limitais les dégâts pour juste rendre K.O. tes opposants. Tu t’arrêtes quelques minutes plus tard dans une petite ruelle pour reprendre un peu ton souffle. L’échauffement est terminé, il est l’heure de passer à ta nouvelle botte secrète. Prenant une bonne bouffée d’oxygène, tu poursuis ta course pour t’éloigner de la 5ème avenue. Tu établis la distance des 8.53 km. Réglant les préparatifs, tu échauffes tes poignées quelques secondes, tu vérifies ensuite tes protections, resserrant certaines dont ceux des coudes et des genoux. Expirant, tu sprints à toute vitesse en plein centre de la 5ème avenue. Tu as une cible bien précise, et tu n’en as rien à foutre si tu la tues ou non. Tu détestes les lâches et encore plus la personne que tu as prise pour cible. Après avoir franchi les 1300 km/h, un bruit sourd retentit en plein centre-ville. Normal, tu viens de franchir le mur du son. Repérant l’homme qui venait de tuer Michaël et qui s’apprêtait à tuer d’autres personnes, tu fonces sur lui pour donner ton coup de poing supersonique. La violence fut si violente, que ton ennemie est projetée violemment dans une boutique. Tu as sans doute franchi un chemin que tu n’aurais jamais dû prendre, tu t’en voudras sans doute toute ta vie, mais tes nerfs ont lâché. Tu n’aurais sans doute pas dû intervenir dans cette mission mais à présent c’est trop tard.

Ton sourire arrogant qui était presque un petit symbole de ta personnalité s’est brusquement éteint. Des sentinelles tirent sur toi mais c’est inefficace. Tu récupères toutes les balles pour ensuite les faire tomber depuis ta main, une à une et lentement tout en regardant tes adversaires. Ils tentent à nouveau de te canarder mais en une fraction de seconde, tu rassembles toutes les armes des sentinelles près de toi que tu viens de voler, à tes pieds.

Sans montrer la moindre expression sur ton visage, tu disparais à toute vitesse pour te diriger dans les ruelles et continuer à affronter les sentinelles. Aidant quelques citoyens à s’échapper de ces ordures en les ramenant chez eux ou bien en les déplaçant dans des zones beaucoup plus sûres.
Allant dans une ruelle beaucoup plus sombre à une vitesse raisonnable pour toi, tu croises sur ton chemin une silhouette capuchonnée dont son visage est recouvert d’un masque. Sans en prêter grande attention, tu as étrangement l’impression de courir beaucoup moins vite. Tu ne sais pas ce qu’il t’arrive, enfin si tu sais juste une chose. Tu viens d’être plaqué au sol et la silhouette capuchonnée que tu as croisé braque une arme sur ta tempe puis tire.

To be continued…

(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Keisa Kyoko
Admin
avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: 05 A - Le bordel de Noël   Mar 19 Avr - 16:54


Le bordel de Noël [Event]


♦Le pire affrontement.♦


Pietro FT. les gens






▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲

La retraite de la Résistance est déclarée par Phil Coulson. Malheureusement je n’ai pas pu m’enfuir. Depuis dix minutes après le message de l’homme, je me bats contre une personne vraiment très douée. Elle pare chacun de mes coups sans difficultés. L’affrontement se passe sur le toit d’un immeuble, je suis blessé au genou gauche et je possède quelques égratignures sur les bras. Étrangement, ma vitesse surhumaine semble n’avoir aucun effet sur mon ennemi. Ayant réalisé quelques tentatives pour essayer de la plaquer au sol, elle semble me lire comme un livre ouvert. Craquant mes doigts, je l’observe soigneusement pour tenter d’apercevoir une faille sur cet individu. Elle se défendait avec un sabre japonais extrêmement coupant. Capuchonnée et masquée, l’identité de cette personne reste un mystère absolu. Je sais en revanche qu’elle m’en veut pour une raison que j’ignore. Mais passons ce détail, revenons un peu dans le passé. Au moment où j’ai failli mourir pour la troisième fois.

Douze minutes plus tôt, cette même personne a tenté de me tuer avec son révolver. Malheureusement pour lui, j’ai réussi à esquiver de justesse la balle. Je le dois à ma prodigieuse optimisation. Sur le vif, je riposte immédiatement par un uppercut bien entendu contré par mon adversaire. Je suis désagréablement surpris. Personne ne peut contrer ma rapidité, je dis bien personne. Or, je viens d’être stoppé comme une vulgaire mouche. Hors de moi et terriblement énervé par les précédents évènements, je rapplique aussitôt pour un coup de genou. Horreur, au lieu de le frapper je reçois un coup de poignard dans mon genou gauche. Grognant de douleur, je récolte aussitôt une magnifique droite sur la joue. Tombant sur les fesses, je masse ma joue en dévisageant froidement l’antagoniste de cette petite histoire. Il pointe par la suite son arme et tire à nouveau. Rapidement je dévie chaque balle avec mon index. Après que le pistolet soit vidé, je fonce droit sur un mur afin de m’en servir comme tremplin pour sauter sur mon ennemi. Ma vitesse frôle les 468 km/h mais rien à faire. Je me ramasse comme une bouse sur le sol. La silhouette vient de m’esquiver facilement.

Une fois relevé, je me concentre davantage pour rassembler un maximum d’énergie. Je dois juste courir beaucoup plus vite pour essayer de l’atteindre. Forçant sur les muscles de mes jambes, j’entreprends une accélération sur l’adversaire. Il me manque que quelques centimètres pour atteindre la personne, cependant comme par magie je suis totalement figé. Je ne peux plus du tout bouger. Tout ce que j’ai pu remarquer c’est de foncer dans une brume bleue sans vraiment prêter attention. Je ne peux qu’être spectateur de ce que mon ennemie réalise. Il bouge lentement et taillade mes bras avec son poignard. Après avoir réalisé son action, le temps reprend son cours normal et je fonce à toute vitesse dans le mur. Je n’ai jamais autant eu de difficulté dans des affrontements. C’est une première et je ne l’aurai jamais vue venir.

M’adossant assis contre le mur, je reprends faiblement mon souffle. Des sentinelles de l’Épuration rejoignent mon petit conflit mais avant qu’ils aient eu le temps de m’attaquer, la personne masquée les arêtes d’un geste de main. Alors elle fait partie de ce camp. Ça ne m’étonne absolument pas. Sinon pourquoi elle m’attaquerait. Un agent signale déjà que, moi, le Quicksilver je suis pris dans les mailles du filet. Laissez-moi rire, je prends juste une petite minute de pause. Mon cœur bourrine comme un taré dans mon corps, je suis à la fois stressé mais aussi excité d’obtenir enfin une distraction sur ma vie lente et ennuyeuse. Mon ennemi, quant à lui est autant épuisé que moi. Je crois que je décèle petit à petit une faille qui pourrait amplement m’amuser et me divertir. Arquant un sourcil quand l’antagoniste tombe subitement à genoux, je fonce sur lui pour l’emmener dans un endroit beaucoup plus tranquille et sûr pour moi. N’ayant pas le temps d’entrer à l’intérieur d’un immeuble, je sprint sur l’édifice du bâtiment. Une fois au sommet, je projette mon ennemi violemment sur le sol.

« Tu l’as pas vue venir celle-là, la questionnais-je d’une manière tout à fait arrogante. C’est sûr qu’avec ton allure d’attardé, tu ne peux rien voir. D’ailleurs pourquoi un masque ? Ton visage est si laid que tu en tues les gens ? Tu possèdes un bouton d’acné sur le nez ? »

J’entends dans mon communicateur situé dans mon oreille droite la voix de Phil Coulson qui ordonne le repli. C’est mal barré pour moi.

La voyant se relever, la silhouette dégaine un katana japonais. Voilà donc ce qui s’est passé durant ces dix voire douze petites minutes intenses. Ce n’est qu’un vulgaire résumé bien entendu.

« Bon ? L’échauffement est terminé ? Je l’espère car je recommence à… »

Je n’ai pas eu le temps de terminer ma phrase que j’échappe en une fraction de seconde le bout de la lame de mon adversaire. Il venait d’apparaître en face de moi en une rapidité époustouflante. Instinctivement je réplique par un coup de pied au niveau de son estomac. Pour une fois, mon coup atteint sa cible. Le gémissement de douleur de la personne m’informe immédiatement de son sexe.

« Tu es une fille, demandais-je totalement déboussolé parce que je venais d’entendre. »

Fronçant les sourcils, j’arrache son masque en dégustant une autre entaille sur mon bras. Jetant le masque par-dessus l’immeuble, je scrute le visage de la jeune femme. Cheveux blancs, peau extrêmement pâle, iris très non humaine. Une mutante ?

« Je sais que j’ai des fans-girls mais je ne pensais pas que vous iriez à vous teindre les cheveux en blanc pour me ressembler, souriais-je à la demoiselle. »

J’avoue qu’à présent je ne suis plus du tout chaud pour me mesurer à cette adversaire du sexe opposé. Ce n’est pas dans mes habitudes de frapper une femme, même si cette dernière me donne du fil à retordre. Ce serait tout de même la honte que je perde contre une charmante demoiselle. Ma réputation en prendrait un coup, surtout mon honneur.

Soufflant doucement, je plisse mes yeux en écoutant une voix qui émet depuis le talkie-walkie de la femme.

« Finissez de ramasser le plus de corps possible, d'éliminer les fortes têtes. Kidnappez des anormaux vivant dès que vous le pouvez. Laissez le chaos derrière vous, la peur. Les citoyens doivent savoir qu'ils ne devront plus jamais nous désobéir. Puis quittez l'endroit, rentrez à la base. Laissez-les constater le massacre qu'ils ont eux-mêmes provoqué. »

D’accord, j’étais convaincu que l’Épuration appartenait à la pire des ordures mais avec ce que je viens d’entendre, c’est encore plus violent. Visionnant le moindre fait et gestes de la petite beauté, elle reste de marbre ne montrant aucune expression sur son visage.

« Eh bien, reprenais-je en me raclant la gorge. Tu ne veux pas m’éliminer ? Je rejoins bien les fortes têtes dans cette histoire. »

Ce camp est vraiment la pire des abominations de cette planète bleue. Au lieu de protéger la population, l’Épuration apporte la terreur pour être respecté. Je n’arriverais absolument pas à sortir de ma colère noire. Je m’en fiche si mon ennemie est du sexe opposé après ce que je viens d’entendre. Il est hors de question que je laisse les sentinelles s’emparer des mutants. Je suis un Avengers, mon devoir est de protéger le plus de vie possible.

« Mademoiselle Holmes, la Commissaire de Police de la 5ème avenue est hors de danger, nous venons de lui administrer les premiers soins. »

La voix provenait encore de l’appareil de communication. L’attention de mon adversaire baisse subitement. J’exploite sans tarder cette faiblesse pour attaquer de plein fouet la jeune femme. Au lieu de lui administrer une droite, je la pousse violemment contre la porte d’entrée du toit de l’immeuble. Recevant le choque, je n’ai pas le temps d’esquiver sa main qui se plaque contre ma poitrine. Subitement je me sens extrêmement faible. Mon rythme cardiaque ralentit progressivement. Affaibli, je tombe sur les genoux puis je m’écroule sur le sol. Je recherche la moindre parcelle d’oxygène pour essayer d’aller mieux. Ma vue se trouble petit à petit. Je suffoque ensuite et après vingt petites secondes mon cœur se remet à battre normalement. Je n’ai jamais ressenti une telle souffrance. L’expérimentation de la pierre de l’Esprit sur moi ou de ma mort en Sokovie n'est rien à côté de ce que je viens d’expérimenter.

La Holmes quant à elle, est adossée contre le mur. Essoufflé, son nez saigne et ses lèvres sont légèrement recouvertes de sang. Son sabre se trouve tout près de moi. Je n’ai plus rien à craindre, enfin pour l’instant. La mutante ou plutôt l’inhumaine, possède encore la force pour marcher dans ma direction. Ramassant son sabre, elle s’apprête à en finir. Poussant dans mes derniers retranchements, je fuis de la zone avec ce qu’il reste en énergie. Fort heureusement, l’Inhumaine n’a pas le temps d’utiliser son pouvoir pour me stopper. À un kilomètre de ma défaite cuisante, je perds connaissance pour avoir trop abusé de mon optimisation. C’est l’agent en liaison avec moi depuis cet évènement qui me retrouve après plusieurs minutes pour m’évacuer. Je n’ai jamais ressenti une telle humiliation de ma vie. Je vais devoir m’entraîner encore et encore pour ne plus être arrêté dans mes courses. C’est la moindre des choses à fournir pour protéger les êtres qui me sont chers, dont ma tendre sœur jumelle.

(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-iruka.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 05 A - Le bordel de Noël   

Revenir en haut Aller en bas
 
05 A - Le bordel de Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grandis bordel, grandis !!
» Fait chier bordel !!
» Un beau bordel en peer-to-peerspective!
» Shaelynn & Dillon •• Oh bordel, les joies de la famille nombreuse
» Bordel, tu m'emmerdes là, je veux partir ! || Wilhelm L. Hartmann.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Iruka :: RPG :: The Avengers RPG :: Pietro Maximoff :: Coin RP-
Sauter vers: